Le Réveil Lozère 07 novembre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

2018, une année pour promouvoir la race et le territoire

Le syndicat lozérien de la race Aubrac tenait son assemblée générale vendredi 3 novembre au Buisson. L’occasion pour les membres de l’association de préparer une année 2018 qui s’annonce mouvementée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Ils étaient une cinquantaine à avoir fait le déplacement, vendredi 3 novembre, pour l’assemblée générale du syndicat lozérien de la race Aubrac qui se tenait à la salle des fêtes du Buisson. Entre sécheresse et salon international de l’agriculture de Paris, le syndicat a profité de l’occasion pour aborder les gros dossiers de cette fin d’année et de l’année 2018. « Cette année, le bilan est mitigé, confie Arnaud Gibelin, président de l’association. Les éleveurs lozériens ont subi de plein fouet la chaleur et la sécheresse. C’est une année difficile pour les fourrages et l’année prochaine sera marquée par les retombées de cette sécheresse qui en plus de ce problème en provoquera d’autres comme celui de la prise des semis. Les vaches ont aussi ressenti la sécheresse et il est possible que certaines prendront moins bien lors des prochaines montées ou inséminations. »

La race à l’honneur au prochain SIA
Pourtant, si la sécheresse occupe une partie des esprits des éleveurs d’Aubrac, les débats de l’assemblée se sont plutôt tournés vers la promotion de la race et du territoire. En effet, pour le prochain SIA, la race Aubrac sera à l’honneur. « C’est une opportunité qui ne se représentera pas de sitôt, insiste Arnaud Gibelin. Nous devons la saisir pour mettre en avant la race mais aussi le territoire qu’elle représente. » Un point repris par Robert Aigouin, conseiller départemental en charge de l’agriculture, aussi présent à la réunion : « La présence et la médiatisation de la race Aubrac au prochain SIA peuvent nous permettre de montrer qu’en tirant les produits vers le haut, on peut instaurer une consommation, sans forcément être journalière, régulière de viande de qualité. » La consommation de viande et l’image de l’Aubrac auprès des consommateurs, voici un sujet de société qui a été particulièrement soulevé lors de l’assemblée. « La combinaison d’une race reconnaissable, d’un territoire reconnu et d’une pratique de l’élevage à l’herbe est bonne pour le consommateur, explique Yves Chassany, président de l’Union Aubrac. C’est avec cette idée en tête que nous irons à Paris cet hiver. Tout en gardant des viandes abordables, il nous faut développer encore plus le haut de gamme avec des filières affirmées pour que les éleveurs puissent vivre sereinement de leurs exploitations. Pour cela, nous nous entourons de plus en plus de professionnels qui accompagnent les consommateurs sur la dégustation et le goût de la viande. C’est une démarche importante pour faire taire les voix des sceptiques. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1433, du 9 novembre 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le gouvernement et sa majorité sèment une confusion inédite dans l’esprit des éleveurs et des citoyens.

estime la FNB dans un communiqué de presse du 15 juillet, soit deux jours avant l’examen par les députés du projet de loi de ratification de l’accord de libre-échange UE-Canada (Ceta).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui