Le Réveil Lozère 21 novembre 2018 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

2018, année médiatique

Le syndicat lozérien de la race Aubrac tenait son assemblée générale jeudi dernier à La Fage-Montivernoux. L’occasion pour les participants de faire le point sur l’année passée et sur l’actualité du moment.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Luc Sarrouy, chef de service bovin à la chambre d’agriculture, Estelle Delouvrier, technicienne à la chambre d’agriculture, Arnaud Gibelin, président du syndicat lozérien de la race Aubrac et Yves Chassany, président de l’Union et de l’Upra Aubrac.
Luc Sarrouy, chef de service bovin à la chambre d’agriculture, Estelle Delouvrier, technicienne à la chambre d’agriculture, Arnaud Gibelin, président du syndicat lozérien de la race Aubrac et Yves Chassany, président de l’Union et de l’Upra Aubrac. - © Aurélie Pasquelin

Égérie du Salon international de l’agriculture de Paris, création officielle du PNR… 2018 aura été une année particulière pour l’Aubrac. Une couverture médiatique forte qui a permis notamment de mettre une partie de la Lozère et de l’agriculture lozérienne en avant. La race Aubrac, qui reste majoritaire sur le département, enregistre même une légère augmentation de ses effectifs, « comme sur toute la race », a confié Yves Chassany, président de l’Upra et de l’Union Aubrac, lors de l’assemblée générale du syndicat lozérien de la race qui se tenait jeudi 15 novembre à La Fage-Montivernoux.

Communiquer encore
En effet, depuis que Haute, vache Aubrac de l’Aveyron, a été nommée égérie du Sia, les choses s’accélèrent pour la race. « On doit garder ce mouvement, cet engouement pour la race Aubrac, confie Arnaud Gibelin, président du syndicat lozérien. Les éleveurs jouent le jeu et s’activent pour faire découvrir leur race sur leurs exploitations mais aussi sur les manifestations agricoles, moments privilégiés pour échanger et partager notamment entre les différentes générations. » Ce besoin de communication des éleveurs sur leur travail a été un élément central de l’assemblée générale de jeudi dernier. « Outre la couverture médiatique qu’a connue la race lors du Sia, 2018 a aussi été une année de déferlante médiatique contre la viande, a déclaré Yves Chassany lors de sa prise de parole. Face à ces extrémistes, nous devons réagir en communiquant. Aujourd’hui, chacun peut, via internet, communiquer sur son métier et il faut que les éleveurs le fassent aussi. » Un appel qui a reçu l’approbation de la cinquantaine de personnes présentes pour l’assemblée générale. La baisse de la consommation de viande était dans tous les esprits.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1485, du 22 novembre 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui