Le Réveil Lozère 11 juillet 2018 à 10h00 | Par HC

150 millions pour rémunérer les services rendus par les agriculteurs

Une enveloppe de 600 millions d’euros a été annoncée pour le plan biodiversité du ministère de la Transition écologique, dont 150 millions d’ici 2021, destinés à rémunérer les services « rendus à la nature » par les agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume Perrin

Le ministre de la Transition écologique a dévoilé le 4 juillet un plan biodiversité de 600 millions, qui comprend un volet agricole. À l’inverse des discussions à l’Assemblée nationale, il est moins question de brandir le bâton réglementaire que la carotte budgétaire. « Nous voulons rémunérer les agriculteurs pour le service qu’ils rendent à la nature, déclare Édouard Philippe. La préservation des prairies et des zones humides, la plantation de haies dans les grandes plaines, la couverture des sols, sont autant de zones refuges pour la biodiversité, qui sont essentielles pour restaurer les populations d’insectes et d’oiseaux dans nos campagnes. » Un budget de 150 millions sera dédié aux « services rendus à la nature » d’ici 2021. Une annonce qui rappelle l’un des engagements d’Emmanuel Macron lors des élections à la présidentielle : « Les paysans rendent service à l’environnement : je propose une enveloppe de 200 millions pour rémunérer ces services », dans le cadre de la Pac, avait-il annoncé sur Twitter.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1468, du 12 juillet 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui